Le concertina est un instrument de musique à vent, proche de l’accordéon. Il a donné son nom, avant la Guerre de 14-18, à un fil de fer barbelé en grosses bobines qui peuvent se déployer comme l’instrument.

Ce fil est devenu le symbole de l’enfermement.

Présentation

Concertina, prend la forme de Rencontres estivales d’une durée de trois jours autour des enfermements (prison, rétention administrative, garde-à-vue, hospitalisation psychiatrique sous contrainte…).Evasions ! constitue le thème de la deuxième édition de Concertina (1er-3 juillet 2022).
C’est à cette aventure commune que nous vous convions : conférences, projections de films, plateaux radio en direct, installations plastique et photographique, concerts, conférences gesticulées, spectacles de rue, création graphique, ateliers, déambulations guidées, blog, cantina et bal populaire.
Hommes, femmes, citoyens, militants, avocats, historiens, anthropologues, sociologues, géographes, architectes, proches de prisonniers, statisticiens, travailleurs sociaux, magistrats, philosophes, graphistes, anciens détenus,





documentaristes, aumônier, médecins, réalisateurs, psychologues, photographes, metteurs en scène, journalistes, élus, enseignants, écrivains, chercheurs, artistes, et bien d’autres, s’intéressent à la privation de liberté.
L’enfermement devient l’un des enjeux majeurs des sociétés actuelles qui condamnent en priorité les personnes en situation de pauvreté et les minorités ethniques. Un rendez-vous annuel pluridisciplinaire et un espace joyeux pour le vivre : réunir, en un même lieu, des personnes animées de la même envie de partager avec les habitants d’un territoire, ce qui les mobilise à Saint-Julien-Molin-Molette, à Paris, à Dieulefit, à Bourdeaux, à Lyon, à Grignan, à Bruxelles, à Genève, à Rome et ailleurs.

Le lieu :
le choix de Dieulefit

Dieulefit où « Nul n’est étranger » témoigne d’une tradition passée et présente, d’accueil et de vigilance aux droits humains

Dieulefit, communauté de communes, engagement, vigilance aux droits

L’équipe de Concertina a souhaité installer ces Rencontres à Dieulefit, ville centre d’une communauté de communes rurales au nombre de vingt-et-une situées dans la Drôme, à trente kilomètres à l’est de Montélimar.






Dieulefit où « Nul n’est étranger » témoigne d’une tradition passée et présente, d’accueil et de vigilance aux droits humains et offre un espace de réflexion ouvert au monde contemporain.
L’histoire et la notoriété de la commune de Dieulefit sont irrémédiablement liées au courage et à l’engagement de ses habitants à l’une des époques les plus sombres de notre histoire.
La commune dispose d’un équipement culturel contemporain et offre des capacités d’accueil adaptées à notre projet.

La belle équipe

L’équipe initiale est réunie par un long compagnonnage. Les créateurs de Concertina, en mars 2020, sont au nombre d’une dizaine. L’équipe s’étoffe progressivement.

Alain Baraquie, graphiste dans les domaines d’utilité publique et de la culture. Cofondateur de la coopérative Plan fixe puis de ij design, a contribué à la communication visuelle de l’Observatoire international des prisons et de Prison Insider.

Christine Bolze, consultante en matière de développement culturel, résidences d’artiste, éducation par l’art ; chargée de cours à l’université. Engagée sur les questions de productions de communs notamment dans l’habitat, de droit à la ville et de démocratie participative.

Bernard Bolze, fondateur de l’Observatoire international des prisons, membre de l’équipe du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (2008-2015). Administrateur-fondateur de Prison Insider.

Clémence Bucher, artiste polyvalente entre théâtre et radio, à l’initiative d’un livre réalisé avec des sortants de prison et les travailleurs sociaux d’un CHRS.

Laure Cartillier, conduit l’Agence Kaleïdoskop depuis 1993, pour la stratégie de communication et le conseil en relations médias. Elle travaille pour des projets qui l’engage, parmi lesquels : Handicap International ; Un voyage pas comme les autres,expo interactive sur le droit d’asile en France ; Galères de femmes,documentaire de Jean-Michel Carré(femmes incarcérées à Fleury-Mérogis).

Pascaline Chambart, paysanne, culture de plantes aromatiques et médicinales, éleveuse et organisatrice de randonnées avec âne de bât, agritourisme avec le label Accueil Paysan et accueil social de jeunes et d’adultes. Installée sur le pays de Bourdeaux depuis 25 ans.

Monique Chaufferin, monteuse de films notamment documentaires pendant 20 ans puis documentaliste audiovisuelle dans une chaîne d’info. Cinéphile depuis 40 ans et ardente militante du cinéma en salles. Très intéressée par le cinéma documentaire pour ce qu’il dit du monde dans lequel on vit et par les causes qu’il défend.

Catherine Chemla, profession para-médicale en exercice libéral, formatrice en école d’ostéopathie, interventions en entreprises et pour le personnel hospitalier autour de la prévention des troubles musculo-squelettiques. Avec plus de temps libre, intérêt et implication dans la vie associative du territoire.

Marc Giouse, journaliste et reporter radio indépendant (France Culture jusqu’en 1995, puis Radio Suisse Romande jusqu’en 2018). Citoyen engagé dans la vie publique villeurbannaise et lyonnaise, amoureux de Dieulefit depuis l’enfance.



Jean-Michel Gremillet, a été comédien, et même directeur administratif et financier (cherchez l’erreur). Puis il a produit des artistes et dirigé pendant 25 ans de grands établissements culturels. Son engagement sur divers terrains associatif et sur celui de la précarité l’ont amené, dès les années 80, à monter des projets artistiques en prison, et participer à construire de nombreux projets d’aménagement de peine

Marie-Hélène Izarn, responsable de formation pendant plus de 35 ans, attachée aux principes d’émancipation et d’éducation populaire, aux enjeux d’équité, de justice sociale et d’humanité, à la culture comme moyen d’évasion et de mobilisation de ressources… engagée dans différents mouvements citoyens œuvrant pour un système solidaire alliant le social et l’économique.

Christine Macé, responsable au service culturel du château de Grignan, puis créatrice de l’espace « terres d’écritures », lieu consacré à l’écrit sous toutes ses formes (expositions, formations, montage de projets). Habite Dieulefit depuis trois ans, engagée auprès de réfugiés.

Christine Perego, enseignante auprès de public divers depuis plus de 20 ans puis formatrice au sein de l’éducation nationale, elle est actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Grenoble-Alpes en didactique des langues et doctorante en sociodidactique des langues et des cultures. Elle a visité son père en prison pendant les 18 premières années de sa vie.

Louis Perego, ancien prisonnier, cofondateur du journal L’Écrou aux prisons de Lyon, auteur de plusieurs livres autobiographiques et d’un roman sur le thème de l’enfermement, ancien administrateur de l’OIP et aujourd’hui de Prison Insider.

Martine Popée, assistante de service social dans le milieu de la psychiatrie, du handicap, de l’aide sociale à l’enfance. Directrice d’un service petite enfance en milieu associatif puis dans une collectivité territoriale.

Marielle Rispail, professeure émérite des Universités en Sciences du langage (sociolinguistique). Croit en la danse, la musique et la rencontre. La prison accompagne sa vie depuis longtemps, à moins que sa vie n’accompagne la prison. A fait soutenir entre autres une thèse de doctorat en détention. Sensible aux injustices et aux utopies qui peuvent nous aider à construire un monde sans prisons : ce qui explique son engagement dans Concertina. Membre de Prison Insider.

Damien Scalia, professeur, Université libre de Bruxelles (ULB), Faculté de droit et de criminologie, directeur du Centre de recherches en droit pénal. Visiteur de prison depuis 20 ans.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour rechercher. Échap pour annuler.

Remonter